Une nouvelle enquête du Magazine du Bibliophile : qui sont les libraires sans boutique ?

Quel est le nombre des libraires de livres anciens sur le marché français ?

Personne ne saurait le dire avec précision, personne. Ni le ministère de la Culture, ni le SLAM – le Syndicat de la librairie ancienne, etc. Personne. En raison de la diversité de leurs activités de libraire, de leurs façons de travailler, de leur offre… Il y a en effet les bouquinistes, les vendeurs de livres d’occasion, les libraires qui proposent des vieux livres et des livres récents et d’autres encore qui ne travaillent que sur l’ancien ou au contraire sur le plus récent, par exemple en livres d’artistes…

Et si nous regardions ce paysage avec toute l’acuité qu’il mérite ?

Le secteur du livre ancien, du livre moderne, du livre d’occasion etc.– autrement dit le Second marché du livre semble parfois ne pas exister. Le ministère de la Culture s’intéresse-t-il véritablement à cette économie ?

Sur ce nombre de libraires, une part d’entre eux travaillent sans boutique.  Et certains sans boutique sont néanmoins présents sur les salons, d’autres pas du tout…

Que représente le Second marché du livre sur Internet ?

Et combien de libraires ne vendent plus que sur Internet ou sur des salons – n’ayant plus de boutique ?

Nous avons donc décidé, au Magazine du Bibliophile, de lancer une enquête sur ces «libraires de l’ombre», même si, très souvent, ils se retrouvent face à un écran et sur Internet. Qui sont les libraires de livres anciens que nous ne voyons pas et qui se retrouvent sur Livre-Rare-Book, sur eBay ou sur AbeBooks ? Et qui apparaissent aussi parfois sur tel ou tel salon…

Toutes les formes d’installation se retrouvent, grandes ou petites, définitives ou provisoires…

Il y a les libraires qui possédaient une boutique mais qui ont dû – ou préféré – la laisser tomber en raison des coûts qu’elle représentait – et qui travaillent à présent principalement sur Internet. Il y en a même certains qui se sont installés en rase campagne, aménageant par
exemple une immense grange en entrepôt sain et sécurisé. Installation définitive. Alors que pour d’autres, l’absence de boutique n’est qu’un marche-pied provisoire. Car, si nombre de magasins de livres anciens se sont fermés, de belles opportunités d’installation locale se sont
aussi présentées…

Si en tant que libraire, vous vous trouvez dans l’un des cas cité : participez à notre enquête en nous faisant parvenir votre nom et votre email. Nous vous recontacterons immédiatement après.

Par avance, merci à tous !

Frederik Reitz
frederik.reitz@gmail.com

Rédacteur en chef du "Magazine du Bibliophile et de l'amateur de manuscrits et autographes".
Site Web : http://www.mag-bibliophile.fr

Soumettre un commentaire

Vous devez vous connecter pour soumettre un commentaire.