ENTRETIEN DES RELIURES Pour que les mors ne souffrent plus

• Le restaurateur de livres anciens Julien Sinnesael produit à Orléans une cire toute personnelle, simple, bio, et qui sent bon la Méditerrannée – la myrrhe et le cèdre. De grande qualité, sa production reste néanmoins limitée à 300 boîtes par an.

img_0134-sinnesael

Julien Sinnesael, Atelier Sinnesael : 5, Cloître Saint-Aignan, Orléans. Tél. : 06 67 41 23 43

Il n’est pas toujours facile de se procurer une cire directement conçue pour les reliures en cuir. De nombreux collectionneurs connaissent la cire 213 commercialisée par la BnF ; ils en connaissent aussi les effets lorsqu’elle est appliquée en trop grande quantité ou lorsqu’elle a séché. À côté de la 213, il existe d’autres cires créées pour les cuirs, principalement pour les faire briller, mais pas toujours pour leur assurer la meilleure conservation possible. Nous avons attiré l’attention des collectionneurs et amis des livres sur la cire Bibliontek produite en Limousin (lire Le Magazine du Bibliophile n°98). Voici aujourd’hui, la cire Saint-Aignan destinée aux reliures anciennes et produite à Orléans par l’atelier Sinnesael. Nous avons rencontré son créateur Julien Sinnesael qui a bien voulu nous dévoiler quelques secrets de fabrication…

Il n’est bien sûr pas le seul à fabriquer sa propre cire, mais il est un des rares à la commercialiser – parallèlement à d’autres petits producteurs indépendants. Ces derniers reprennent souvent, en cherchant à l’améliorer, la recette de la British Library, la Bibliothèque nationale de Grande-Bretagne. Ce n’est pas le cas de Sinnesael… Comme Bibliontek, Sinnesael regarde du côté du «bio». Pour ce dernier, il n’était pas question de mettre au point une formule complexe en utilisant certains produits toxiques dont les effets à long terme ne sont pas nécessairement ceux que l’on attend vraiment. De façon plus générale, lorsque l’on avance de quelques pas dans la chimie des cires, on risque de tomber des nues en remarquant parfois l’utilisation de composants tels que le bichlorure de mercure (proche de ce que l’on appelait le «sublimé corrosif» au Moyen Âge), le stéarate d’aluminium, le benzol, l’éther, le nitrophénol, le trichlorétylène et bien d’autres substances de laboratoire.

Pour Julien Sinnesael, il n’était donc pas question de créer une formule complexe, et, par ailleurs, il fallait éviter certains écueils, comme ceux de solvants tels que l’essence de térébenthine, l’hexane ou l’éther de pétrole utilisés comme composants de la cire de la British Library ou de la 213 (voir note ci-dessous)« Tout ce qui s’évapore produit de l’assèchement », rappelle ce restaurateur. Ce qui est le propre des solvants…

Retour aux composants les plus simples. Tout d’abord de la cire d’abeille qui arrive, brute, directement de chez l’apiculteur, une huile et de la graisse… Huile de pied de bœuf et vaseline. Dérivée du pétrole certes, la vaseline – très proche de la paraffine – possède néanmoins une qualité «médicale», c’est un corps gras qui ne sature pas. En la frottant, elle se diffuse et véhicule la cire au cœur du cuir. L’huile de pied de bœuf est fabuleuse, mais elle est très liquide.  De surcroît, elle peut colorer les cuirs clairs. Il fallait donc trouver le bon dosage, le bon équilibre entre une texture dense et une autre très liquide. La cire devait être un baume, pas un cirage…

C’est là qu’intervient le parcours de Julien Sinnesael… Ce restaurateur de livres qui a suivi les cours d’Olivier Maupin au Vésinet a précédemment suivi aussi des cours d’archéologie. Et il a été particulièrement sensible aux méthodes de conservation utilisées par les Égyptiens. C’est pourquoi on trouve dans la cire de Saint-Aignan de la myrrhe et du cèdre – tous les deux en huiles essentielles. La myrrhe, utilisée il y a 4000 ans par les Hébreux et les Égyptiens, non seulement sent très bon, mais elle possède égalementi des propriétés bien connues de répulsif pour les insectes. «On lui prête aussi des vertus d’élévation spirituelle», ajoute Julien Sinnesael. Le cèdre, quant à lui, est un antiseptique et un antifongique. Dans les dosages des composants de la cire, son créateur recherchait également une propriété : qu’elle puisse reglacer le cuir ancien – le but a été atteint grâce à une technique inspirée, elle aussi, de l’Antiquité.

Restait le conditionnement. « Nous avons trouvé une boîte de pilules qui nous a plu et nous avons recherché partout un fabricant. Nous l’avons trouvé à Essen en Allemagne. L’impression papier sur le couvercle provient d’une vignette trouvée dans un lot de livres que l’on m’avait donné. C’est le fruit de la providence. » Au départ fabriquée pour lui-même, cette cire est devenue un vrai produit commercialisé il y a deux ans. Les clients sont parvenus à obtenir ce qu’ils désiraient… « Votre cire sent bon. Est-ce que vous en avez pour moi ? » Les petites boîtes de 65 ml sont vendues 9 euros TTC. Julien Sinnesael en produit 300 unités par an. Le prix a été établi rationnellement, sur le temps d’élaboration et l’achat des produits constituants. « Je ne cherche pas à devenir le Johnston de la cire pour livre », souligne-t-il, restant centré sur son métier de restaurateur qui lui offre beaucoup de plaisir. « J’aime beaucoup la façon dont cela tourne en ce moment. Je rencontre des gens, des collectionneurs qui me font découvrir des univers que je n’aurais jamais connus – comme la conservation des espèces végétales pendant les expéditions maritimes au XVIIIe siècle… »

Une prochaine nouveauté : la cire Saint-Aignan qui, actuellement, est légèrement verte, va devenir incolore avec l’utilisation d’une vaseline dite «codex», d’où la chlorophylle sera absente. La cire Saint-Aignan Série Codex sera proposée sur le Salon du livre ancien de Sauvigny le week-end des 19 et 20 novembre…

 

• Julien Sinnesael

4, Cloître Saint-Aignan

Orléans

Tél. : 06 67 41 23 43

Web : http://atelier-sinnesael.fr/

 

• Cire 213 :

http://www.bnf.fr/fr/professionnels/conservation_services_expertises/s.conservation_
services_cire.html?first_Art=no

Composition :http://www.bnf.fr/documents/fiche_securite_cire213.pdf

Diffusion Atlantis :

http://www.atlantis-france.com/fr/preservation/69-cire-213-pour-reliures-en-cuir.html

 

Soumettre un commentaire

Vous devez vous connecter pour soumettre un commentaire.