Disparition d’un grand bibliophile polynésien, Jean-Pierre Le Hebel

Très attaché à la Polynésie où il avait choisi de vivre, Jean-Pierre Le Hebel lui a consacré près de trente années d’un travail personnel : une bibliographie complète qui représente au final 12000 pages. Répartie sur 12 tomes, chacun contenant 1000 pages, elle comptera 6 volumes de deux tomes. Travail titanesque et patient, Jean-Pierre Le Hebel l’a mené, année après année, d’une part, sur un maillage bibliographique savamment étudié, d’autre part, également grâce à ses recherches d’ouvrages – notamment des livres de marine. Le premier volume est paru peu avant son décès.

Premier volume

Figure importante de Papeete, chevalier de l’Ordre de Tahiti Nui, il est le fondateur de la CGPME de Polynésie en 1984 (CGPME Te Rima Rohi, «la main qui travaille»). Spécialiste du droit du travail, il a été notamment juge consulaire et l’auteur de plusieurs ouvrages en droit du travail ainsi que sur la justice.

Nous l’avons rencontré une première fois à Montmorillon, en Poitou, dans la Cité de l’écrit, où il est venu nous conter son aventure éditoriale, mais aussi ses préoccupations quant à la survie de ses collections personnelles – la plupart étant liée à la mer, à la navigation et à l’histoire de la marine. Parallèlement aux livres, il était très attaché aux cartes ainsi qu’aux belles maquettes de bateaux. Il recherchait un cadre, une municipalité, une institution, un lieu qui aurait accueilli ses collections qu’il était prêt à céder sous la forme d’un don. Il ne semble pas qu’il l’ait trouvé, du moins sur le continent.

Passionné de livres, il les soignait, les faisait relier… Abonné au Magazine du Bibliophile (et ce n’est pas le seul en Polynésie), il comptait les faire relier – ce que la forme pliée-agrafée du magazine rend possible ; et ce qu’un magazine au «dos carré» ne permet pas. Au cours de longues conversations que nous avons eues ensemble, il évoqua pour nous les voyages de Cook et ceux de Lapérouse, les voiliers qu’il avait pilotés et les fameux Frères de la Côte (une confrérie de navigateurs créée au Chili en 1951), enfin quelques traits sayants de ce que la Polynésie lui avait appris, aussi bien sur l’histoire de cette terre, la logique de sa langue (le passé n’est jamais derrière nous, car nous le voyons, il est devant nos yeux…) ou, par exemple, d’autres sens de l’art (Jean-Pierre Le Hebel rapporta l’anecdote d’une vieille femme à laquelle Gaugin avait offert un dessin qui ne comprenait pas que l’on accroche de telles représentations au mur… Elle détruisit ce tableau après la mort du peintre). Il nous a fait part aussi des nombreuses problématiques liées à une bibliographie générale comme celle qu’il avait entreprise, attirant notre attention sur les bibliographies des bibliographies.

Le Hebel & Taglang 2014

Le 21 août 2014, Jean-Pierre Lebel fit connaissance d’un autre bibliophile passionné de mer et de nautisme, Jacques Taglang (voir Le Magazine du Bibliophile n°110, février 2014), et le 15 septembre de cette même année, après s’être rendu au Salon du livre ancien de Cahors, Jean-Pierre Le Hebel visita avec nous le musée «Le Livre et la Lettre» que Jean-Denis Touzot a aménagé à Montcabrier (46700), dans le Lot. Tous ces moments nous restent en mémoire, car la bibliophilie se double souvent d’amitié quand elle est partagée. Jean-Pierre Le Hebel a quitté ce monde le 15 décembre 2015. Nous avons appris par voie de presse que ses enfants ont à cœur de poursuivre la publication de sa bibliographie qui constituera un véritable monument de recherche sur la Polynésie. Son mana poursuivra ainsi sa voie.

 

LE HEBEL 201-09

Jean-Pierre Le Hebel au musée Le Livre et la Lettre, Montcabrier, 15 septembre 2014.

 

Rédacteur en chef du "Magazine du Bibliophile et de l'amateur de manuscrits et autographes".
Site Web : http://www.mag-bibliophile.fr

Soumettre un commentaire

Vous devez vous connecter pour soumettre un commentaire.