Edito : La place du livre

Le Magazine du Bibliophile n°114-115Les livres, par leur nombre, constituent aujourd’hui une quantité qui tend vers l’infini. Elle a de quoi rassurer les plus inquiets chez lesquels les médias entretiennent la peur de la disparition du livre, une peur qui fonctionne bien… Ces inquiétudes n’ont rien à voir en ampleur avec le peu d’émotion suscitée par la disparition du vinyle puis l’effondrement du marché du CD. Il est pourtant vrai que certaines évolutions du livre, en particulier leur numérisation complète et la disparition de l’objet papier dans certaines bibliothèques américaines ne constituent pas des signes annonciateurs réjouissants. Mais faut-il pour autant tomber dans des représentations qui caricaturent la réalité ? Car, des États-Unis nous viennent aussi des exemples exceptionnels d’attachement aux livres, à leur connaissance, à leur histoire, comme l’attestent à leur manière Les Enluminures, les somptueuses bibliothèques telles que la Pierpont Morgan Library, ou encore la présence de gigantesques bouquineries…

Le tournant numérique atteint sans conteste l’évolution du commerce. Et, alors que la librairie traditionnelle en livres neufs comme en livres d’occasion s’essouffle un peu, dans un contexte négatif, baisse de la lecture, restriction des budgets loisirs des particuliers ou évolution de leurs choix… le numérique gagne du terrain et noircit le tableau. Mais à part tout cela qui est bien connu… il nous faudra aussi réfléchir à ce que le livre représente réellement dans nos pratiques et dans nos vies avant de nous lancer dans une défense aveugle de progrès technologiques.

Face à cette situation, nombre de prescripteurs et leaders d’opinion, les enseignants, les passeurs de culture, les bibliothécaires, les libraires vont jouer un rôle déterminant. Certains le jouent déjà… C’est le cas du libraire Jean-Denis Touzot, dont vous découvrirez le projet ambitieux d’une véritable défense du livre et de sa culture. Il a même fait l’acquisition d’une basilique en Poitou pour cela ! (p. 8). Vous pénétrerez dans l’univers passionné de Jules Verne et de ses éditions collectionnées avec, notamment, un autre libraire – Antoine Fleury, de Chartres (p. 20). La passion du livre, son respect et la générosité dont il est porteur, toutes ces valeurs humanistes, nous les retrouvons avec l’un des experts les plus réputés de la restauration, Olivier Maupin dans l’orléanais (p. 34). Enfin, avec la bibliophilie contemporaine (p. 38), nous n’oublions pas que le livre peut être aussi un magnifique objet d’art (et de vie). Raison pour nous de ne pas manquer le salon Page(s) (p. 44). Bonne lecture !

Retrouvez cet article en intégralité dans le n°114-115 du Magazine du Bibliophile


Soumettre un commentaire

Vous devez vous connecter pour soumettre un commentaire.