PARIS Ier arrondissement, 15 octobre 2014 : la Librairie du Graal a définitivement fermé ses portes

IMG_6073Située non loin du ministère de la Culture, entre les Halles et le Palais Royal, 15 rue Jean Jacques Rousseau, cette librairie dédiée à l’ésotérisme a définitivement fermé ses portes le 15 octobre 2014. Proposant un grand choix de livres anciens, modernes, d’occasion mais aussi des livres neufs dans le champ de l’ésotérisme, au sens large, la Librairie du Graal était tenue par Jacques Bouvier depuis 1976. Avant sa création, son espace était occupé par un garage ; ce qui amusa beaucoup Jacques Bouvier fut de recevoir au départ davantage de coups de téléphone pour des pièces détachées que pour des livres.

Ce libraire qui connaît très bien le domaine qu’il proposait aux bibliophiles éditait deux fois par an un catalogue. Ces publications vont de fait devenir «collector». Les domaines de la Librairie du Graal, tels que définis sur son site web étaient les suivants : l’ésotérisme, les spiritualités occidentales ou orientales, le symbolisme, la franc-maçonnerie, le martinisme, les rose-croix, l’alchimie, l’astrologie, les sciences occultes, le spiritisme, la parapsychologie, les tarots, la divination, la radiesthésie, le magnétisme, l’hypnotisme…

Peu de librairies proposent aujourd’hui à la fois des livres neufs et des livres anciens (non loin de la Librairie du Graal, il y a pourtant la célèbre Librairie Delamain qui est dans ce cas là). À ce propos, on entend souvent dire qu’il est difficile de «mélanger les torchons et les serviettes» – ce qui est très dévalorisant pour cette forme particulière de vente de livres. Les motivations des clientèles de livres d’occasion et de livres anciens ne sont certes pas toujours les mêmes. En simplifiant, il y aurait ceux qui recherchent des livres moins chers et ceux qui recherchent des livres rares. Mais la réalité est plus complexe, car certains livres d’occasion, même assez récents, sont parfois totalement épuisés et donc rares.

Comme pour nombre de librairies qui s’arrêtent définitivement – soit que le libraire prend sa retraite (et ne trouve pas ou ne veut pas trouver de successeur), soit que le propriétaire des lieux augmente considérablement son loyer, ce qui est très fréquent depuis une dizaine d’années (cela a par exemple été le cas pour la Librairie Romain, avenue d’Italie – librairie qui a quitté sa boutique et Paris sans arrêter son activité, puisqu’installée aujourd’hui sans magasin dans le 78), soit pour d’autres raisons économiques… on retrouve alors tout ou partie du fonds initial chez d’autres libraires, voire des soldeurs pour les livres neufs…

Soumettre un commentaire

Vous devez vous connecter pour soumettre un commentaire.