Livres anciens : un nouveau système de calcul de prix, celui du « prix moyen »… !!!

• Grâce à Internet, un certain nombre de professionnels ainsi que des particuliers usent et abusent d’un nouveau système de calcul de prix pour les ouvrages anciens ou d’occasion :

il s’agit du calcul du « prix moyen ».

Internet est venu remplacer toutes les documentations, encyclopédies, dictionnaires, catalogues dont faisaient usage les libraires autrefois. Et surtout, sur Internet, on trouve ces fameux moteurs de recherche de livres anciens ou d’occasion, « rare books » ou « used books » : Addall, MaxiChoice ; sans oublier les sites de vente comme Priceminister ou eBay.

Résultat : sur un ouvrage donné, par exemple Histoire de la littérature anglaise de Taine, Hachette, Paris, les offres présentes sur Addall se répartissent actuellement (3 octobre 2014) entre un prix haut de 272,91 euros pour l’édition originale de 1863-1864 en quatre volumes reliés, et un prix bas de 49,92.

Dans cette recherche, on aura pris soin d’écarter le même titre en cinq volumes, ou considéré comme en cinq volumes, les séries incomplètes ainsi que tous les orphelins et les brochés. Le prix moyen sera de fait d’environ 160 euros et ce prix fera référence chez nombre de vendeurs aujourd’hui.

Il ne faudra néanmoins pas être surpris si ce prix n’est pas tout à fait adapté aux livres choisis. Tout d’abord, les sites comparatifs comme Addall balayent des offres rédigées non seulement en anglais mais aussi en italien, en allemand, en espagnol… Quand on sait déjà la difficulté que représente la juste compréhension des termes anglais, on restera sceptique sur celle des fiches rédigées en d’autres langues.

De surcroît, les fiches en français sont souvent incomplètes sinon fausses ! Et l’état des livres souvent absents. Enfin, ne pas oublier que le coût d’envoi d’ouvrages qui se trouvent en Nouvelle-Zélande n’est pas le même que ceux de Lille ou de Marseille.

Si nous écartons ces critiques évidentes, nous sommes au bout du compte en face de trois prix : un prix haut de 272,91, un prix bas de 49,92 et un prix moyen de 160 euros.

Pourtant le calcul du prix moyen serait sans doute plus juste s’il était établi sur tous les prix concernés, à savoir toutes les références du prix haut, toutes les références du prix bas. Car il y a une différence à trouver une référence à 272,91 et une dizaine du même ordre. Même logique pour le prix bas.

Ce qui signifie que les écarts ne sont pas si signifiants que cela si on écarte de ce type de raisonnement le nombre de références sur lesquels ils reposent. Autrement dit, une moyenne pondérée nous paraît plus adaptée qu’une moyenne simple.

Ceci étant, si on recherche à établir le type de prix le plus juste sur une moyenne de prix constatés, il est possible de compliquer bien plus que nous ne l’avons fait cet art du calcul de prix…

 

 

 

 

Soumettre un commentaire

Vous devez vous connecter pour soumettre un commentaire.