Librairies d’ancien à Limoges : un marché très actif en mutation

Qui va fermer, mais continuer sur des salons ? Qui va réduire progressivement ses activités ? Qui est parti dans une autre commune ? Qui se développe et prend un nouvel élan ? Voici un bref état des mouvements de librairies qui transforment le marché du livre ancien dans la métropole du Limousin.

Nous avions présenté les librairies d’ancien implantées dans cette capitale du Limousin à la réputation trop tranquille, dans le numéro 45 (mars 2005…) du Magazine du Bibliophile. Compte tenu de l’évolution générale du marché du livre ancien à laquelle nous assistons, avec la progression continue des échanges commerciaux sur le Web – surtout pour les «petits» prix – et la baisse de fréquentation des boutiques, en particulier dans les centres-villes, rien d’étonnant donc à ce que nous constatons dans cette métropole…

Tout d’abord, côté Salon du livre ancien, tout va bien. Année après année, ce Salon qui a lieu au Palais des expositions réussit à se maintenir, sinon progresser en nombre de visiteurs. Cette année, avec 35 exposants (dont Le Magazine du Bibliophile), il arrivait les 27 et 28 octobre derniers à sa vingtième édition. Et on se prépare déjà à fêter la prochaine de manière spectaculaire.

L’un des responsables de ce salon, Frédéric Bazin, dont la boutique se trouvait à Feytiat (banlieue de Limoges), a déplacé ses activités à Brives-La-Gaillarde (14 bis, rue Elie Breuil). Quant à Nuit Blanche (15, rue Montmailler), son propriétaire, Jean-François Imbert, est parti s’installer dans le Gers, à Saint-Antoine. Trouve-t-il encore le temps de passionner les clients qui lui rendent visite par ses débats passionnés ?

Descendons la rue Montmailler vers le boulevard Carnot. Au n°45 se trouve la très belle et très ancienne librairie Laucournet. Jean-Claude Laucournet qui la tient depuis longtemps, l’ayant reprise de ses parents et grands-parents, la fermera le 31 décembre prochain. L’activité commerciale de ce quartier Carnot s’est considérablement amenuisée au cours des dernières années. Quartier de la Préfecture et du Tribunal, un peu chic, il s’est quelque peu endormi. Jean-Claude Laucournet, bien qu’arrivant au seuil de la retraite, ne s’arrêtera pas pour autant. Il se consacrera aux salons et marchés, et retrouvera ses clients en allant à leur rencontre.

Ainsi, il reste Christiane Petit au 7, boulevard de la Cité. Libraire en chambre, elle reçoit sur rendez-vous. Il est néanmoins probable qu’elle réduise aussi progressivement ses activités, après une carrière très active. Elle codirige le Salon du livre ancien de Limoges, et reste un des piliers de l’association qui en a la charge : Art et Collection.

Nous arrivons de fait aux deux libraires qui vont se retrouver au centre de ce marché limougeaud, chacun se trouvant sur deux points historiques différents de la ville : Patrick Fournière, avec Un Livre pour voyage, au 10 rue Cité Haute, et Florent Nivet, 48, rue de la Boucherie. Patrick Fournière s’est déplacé de cinquante mètres dans la vieille Cité de la Cathédrale, dans la même rue que sa précédente boutique, mais dans un espace beaucoup plus large. Alors qu’il possédait près de 20000 livres dans la première, il en compte aujourd’hui le double, en incluant sa réserve située à l’arrière de son magasin.

Ce qu’il apprécie particulièrement dans ses nouveaux locaux est le confort. Les domaines sur lesquels il travaille sont désormais beaucoup mieux fournis, qu’il s’agisse des deux guerres mondiales, de la Résistance notamment, mais également les domaines techniques et industriels, le bâtiment par exemple. Aucun univers ne lui échappe, de la littérature, de la poésie, de la musique, de la littérature érotique ou ecclésiastique, aux univers ésotériques comme celui des Templiers, de la franc-maçonnerie, de l’alchimie, sans oublier le régionalisme. Mais le nombre d’ouvrages qu’il possède actuellement ne lui permet plus des achats inconsidérés… « Je porte aujourd’hui un autre regard sur ce que j’achète », souligne-t-il.

Florent Nivet connaît lui aussi le problème… Sa boutique rue de la Boucherie est toujours pleine à craquer. Son emplacement est exceptionnel, puisque cette rue, très ancienne, est aussi l’une des plus connues et des plus visitées de Limoges. «Les amateurs de livres s’arrêtaient à Limoges parce qu’il y avait quatre ou cinq librairies d’ancien ; continueront-ils à le faire quand nous ne serons plus que deux ? », s’inquiète-t-il.

Les seuls grands jours où les libraires d’ancien continueront d’être nombreux à Limoges, ce seront ceux du Salon du livre ancien, en octobre, ainsi que ceux du marché, place de la République, le premier mercredi de chaque mois (sauf l’hiver). A noter que ce dernier, lui aussi organisé par l’association Art et Collection, reprendra le premier mercredi de mars 2013 – mai étant totalement abandonné, puisque le premier mercredi de ce mois est le 1er et, place de la République, il y aura certainement énormément de monde ce jour-là… Beaucoup plus que pour le marché mensuel de livres anciens.

Retrouvez cet article en intégralité dans le n°104 du Magazine du Bibliophile


Soumettre un commentaire

Vous devez vous connecter pour soumettre un commentaire.