Le Salon Page(s) rend hommage à l’éditeur Jacques Dupin

IL Y A UN AN DISPARAISSAIT LE POÈTE JACQUES DUPIN…

 

Ardéchois né à Privas en 1927, Jacques Dupin monte à Paris en 1944 suivre des études de droit, d’histoire puis de sciences politiques tout en se passionnant pour les musées d’art moderne. Il avait passé une enfance très particulière, puisque dans le périmètre de l’hôpital psychiatrique Sainte-Marie dont son père, Pierre Dupin, était médecin-chef, mais «[…] derrière les barreaux des fenêtre de la folie, une note de lumière», écrira-t-il. Puis il fut élevé par son grand-père à Lyon. À Paris, l’écriture et les rencontres vont davantage le mettre sur la voie de la création poétique que sur celle d’une carrière juridique. Son premier recueil, Cendrier du voyage, porte la marque de deux noms prestigieux : René Char, rencontré en 1947, qui le préface, et Guy Levis Mano qui l’édite en 1950. Jacques Dupin, dont l’écriture est si forte et si unique, se place ensuite en rupture de Char. Mais il n’écrira pas de roman. Avec Mallarmé, Jacques Dupin appartient aux auteurs traduits par l’écrivain new-yorkais Paul Auster – Il faut dire que c’est Jacques Dupin qui a accueilli Paul Auster à Paris en 1969, car ce dernier lui consacrait alors un mémoire universitaire. Et les poèmes de Paul Auster furent traduits en français par… Jacques Dupin. Grâce à René Char, Jacques Dupin a aussi fait la rencontre de galeristes et de très nombreux artistes – ce qui l’amène à devenir l’ami et le biographe de Miró dont il a fait la connaissance en 1954. C’est en 1961 que paraît sa monographie de Miró, et plus de vingt ans après la catalogue raisonné en quatre volumes de Miró graveur. Il devient également proche de Giacometti dont il livre aussi une biographie, en 1963. Collaborateur et directeur des éditions de la galerie Maeght – où il était entré comme simple libraire en 1955 –, il a également créé la galerie Lelong avec Jean Frémon. Il est l’un des premiers collaborateurs de la revue L’Éphémère (1966-1972) aux côtés de Paul Celan, Louis-René des Forêts, Yves Bonnefoy et Michel Leiris, y poursuivant ses publications de poèmes et d’articles de critique d’art. Il reste responsable des éditions de la galerie Maeght jusqu’en 1981 et s’éteint le 27 octobre 2012 à Paris.

                                                                             F. R.

Rédacteur en chef du "Magazine du Bibliophile et de l'amateur de manuscrits et autographes".
Site Web : http://www.mag-bibliophile.fr

Soumettre un commentaire

Vous devez vous connecter pour soumettre un commentaire.